Projets, Roumanie

Visites en Belgique de nos partenaires roumaines

roumanie-94Soutenir une action de développement ne signifie pas toujours envoyer de l'argent, du matériel ou des volontaires sur place. Il peut aussi s'agir d'inviter, en Belgique, des partenaires et des personnes-ressources. C'est ce qu'a réalisé ASMAE, fin septembre, début octobre de cette année, avec la venue de trois Roumaines, personnages-clés pour le soutien à l'orphelinat de Boarta pour lequel ASMAE envoie, depuis bientôt 4 ans, des équipes d'éducatrices bénévoles.

Après près de 30 heures de route, trois Roumaines débarquent à Bruxelles, le 27 septembre, accompagnées de Marina d'Hoop, de retour en Belgique après avoir assuré trois mois de permanence en Roumanie pendant l'été, pour les associations ASMAE et PARRAINS d'O.R. (1) Pour leur premier voyage en Belgique, Maria Mija (Directrice de l'orphelinat de Boarta), Minerva Olariu (Présidente d'A.S.O.R.) (2) et Gena Marculetiu (famille d'accueil des volontaires ASMAE en Roumanie) retrouvent, d'emblée, quasiment toutes les filles parties travailler 6 mois à Boarta. En effet, l'un des objectifs de cette visite était d'organiser des retrouvailles entre des personnes ayant travaillé ensemble, mais ne s'étant généralement plus revues, depuis parfois fort longtemps.

C'est ainsi que seize des dix-neuf filles, volontaires belges et françaises, nos trois Roumaines et les responsables principaux d'ASMAE et de PARRAINS d'O.R. s'isolent, le temps un W-E, à Grune, au fin fond des Ardennes. Rendre compte par des mots de l'ambiance qui anima ce W-E est quasiment impossible. Ce fut simple, spontané et grandiose à la fois. Ce fut souvent drôle et parfois émouvant. Le temps des mercis et des cadeaux alterna avec des moments plus graves, plus sérieux où chacune des mies put exprimer des événements marquants de son investissement à Boarta. Nous avons pu mesurer, en tant que responsables de l'association, combien  chacune avait vécu intensément cette période de plusieurs mois en Roumanie, combien elles en avaient retiré, combien elles avaient été changées par cette expérience unique. Notre récompense de 4 ans d'efforts est là, autant que dans les progrès concrets obtenus à l'orphelinat.

Nos partenaires roumains purent aussi réaliser combien les réussites et les échecs des actions entreprises sur place marquent durablement les esprits. De manière très constructive, chacune a pu laisser aller son coeur, ce qui ne fut pas toujours sans remise en question de telle décision, de tel fonctionnement, de telle attitude. La directrice de l'orphelinat, fortement impressionnée par ce fonctionnement très démocratique, se sentit interpellée au premier chef. A son retour en Roumanie, elle ne manqua pas de rendre compte de toutes ces remarques et idées émises à ses éducatrices, mais ceci est déjà une autre histoire, sur laquelle nous reviendrons dans un prochain numéro.

Visites d'institutions

L'autre objectif de ce voyage de nos partenaires roumaines était aussi de leur faire visiter des institutions d'accueil et de prise en charge d'enfants, avec l'espoir que des idées et des actions entreprises ici, puissent être sources d'inspiration en Roumanie, sachant toutefois que tout ce qui se fait en Belgique ou en France n'est pas nécessairement synonyme de modèle à suivre, ni en oubliant que d'excellentes choses se font déjà en Roumanie.

Forts de ces principes, nous avons visité avec elles neuf institutions, très différentes les unes des autres, accueillant, selon des approches propres, des enfants et/ou des jeunes en situation difficile. A souligner tout particulièrement: la grande disponibilité de ces institutions, les directions nous ayant toujours accueilli à bras ouverts et nous consacrant un temps considérable, eu égard à leurs emplois du temps surchargés et à leurs importantes responsabilités. Ce qui fut le plus remarquable, c'est que ces visites débouchèrent, le plus souvent, sur un véritable échange, la directrice de l'orphelinat de Boarta n'hésitant pas à donner, au gré des visites, son point de vue sur telle ou telle approche ou idée.

Deux autres moments forts clôturèrent cette semaine très riche. Tout d'abord, une soirée organisée, en collaboration avec PARRAlNS d'O.R., pour présenter nos partenaires et l'évolution du projet aux sympathisants et aux familles belges qui parrainent des enfants placés à Boarta ou dans d'autres orphelinats. Speech de Maria Mija et de Minerva Olariu, émouvant témoignage, au nom des volontaires ASMAE, de Sophie Wodon sur son expérience, vidéo sur les orphelinats... bref une soirée variée qui aura permis de rapprocher les donateurs (sans lesquels rien ne serait possible) des personnes engagées dans la réalisation des projets.

La veille de leur retour en Roumanie, les trois Roumaines participèrent encore à la traditionnelle journée d'évaluation des camps de l'été, qu'ASMAE organise avec tous les jeunes ayant participé à des camps d'un mois en Egypte et en Roumanie. Là aussi, elles purent découvrir la manière dont se déroule "l'après-camp", les réflexions et les espoirs que ces expériences suscitent chez les jeunes et la manière dont ASMAE essaie de prolonger ces camps par un engagement suivi des participants à des actions concrètes en Belgique. Outre les images des camps en Roumanie, vues par l'autre bout de la lorgnette, elles ont pu aussi découvrir ce qui se fait en Egypte : une petite passerelle de plus...

Ce que nos trois Roumaines feront de tout cela, à leur retour en Roumanie, n'appartient qu'à elles. Nous avons l'habitude de nous rendre dans leur pays, il était temps qu'elles puissent visiter le nôtre. Cette semaine très riche nous a beaucoup rapproché et il est certain que cette plus grande connaissance de l'autre ne sera qu'au bénéfice du projet, donc des enfants. Rien que pour cet aspect, cela en valait la peine.

Xavier Verhaeghe


(1) PARRAINS d'O.R. (Orphelins Roumains) est une association franco-belge qui appuie, en partenariat avec ASMAE, quatre orphelinats roumains dans la région de Transylvanie, au centre du pays.

(2) Association de Solidarité avec les Orphelins Roumains, partenaire local d'ASMAE et de PARRAINS d'O.R.

Note : Cet article est parue dans Passerelles n°22 de décembre 1996 page 6 et 7.

Les commentaires sont fermés.