Gros plan

L’eau, un avenir incertain

H2OL'année 2003 est l'Année internationale de l'eau douce. En Belgique, comme dans une grande partie des pays occidentaux, l'eau coule du robinet sans que l'on y pense. Cependant il suffit de descendre vers le sud pour remarquer que le rapport à l'eau est vécu d'une façon tout à fait différente.

Avoir, à Bruxelles, accès à l'eau courante relève de l'évidence pour une très grande majorité de personnes, cependant à Ouagadougou, avoir un puits au milieu de la cour commune à plusieurs maisons de la même famille est un privilège envié. L'eau constitue sans aucun doute la ressource la plus indispensable à la vie humaine. Cependant elle est très sérieusement menacée. En effet l'augmentation de la population mondiale devrait conduire, selon l'Unesco, à une carence de cette ressource vitale. « Les ressources en eau sont en chute libre alors que la demande augmente de façon drastique. Au cours des vingt prochaines années, on s'attend à une diminution d'un tiers, en moyenne, de l'eau disponible par personne dans le monde », nous rappelle Koichiro Matsuura, directeur général de l'Unesco.

Cependant, les ressources en eau restent largement suffisantes pour la population mondiale ( seulement 20% de l'eau potable disponible est actuellement utilisée dans le monde). Le problème se situe plutôt dans la répartition de l'eau dans les différentes régions et dans le fait que la densité de population diffère beaucoup d'une région à l'autre. A cela s'ajoute, la croissance exponentielle de la population mondiale qui va passer de 7 milliards à 9,3 en 2050, selon la projection des Nations-Unies.

Dans le « Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau », l'Unesco estime que « vers 2050, 7 milliards de personnes dans 60 pays ( hypothèse pessimiste) et 2 milliards dans 48 pays ( hypothèse optimiste) seront confrontées à une pénurie d'eau ». L'augmentation de la consommation d'eau s'explique surtout par la multiplication des puits dans les pays en développement pendant les années 1990.

En Inde, notamment, le pompage a été subventionné par un prix gratuit de l'électricité pour cet usage. Le problème le plus important n'est, cependant pas, celui de la quantité de l'eau mais celui de sa qualité. En effet, en Afrique seulement 18% des foyers sont raccordés aux égouts et, en Asie, pas plus de 40%. On imagine facilement les conséquences au point de vue de l'environnement, de la santé et de la production agricole.

Mais que faire ?

La solution se trouve très certainement dans une concertation des  représentants politiques ainsi que des représentants des différentes ONG. En effet, le problème de l'eau dépasse le simple cadre national. Il est évident que chaque pays luttant à sa manière contre ce problème est beaucoup moins efficace qu'une action concertée à un niveau international.

On remarque que la problématique de l'eau s'est hissée dans l'agenda diplomatique et la communauté internationale s'est fixé pour objectif de diminuer de moitié, d'ici 2015, la proportion des personnes qui n'ont pas accès à l'eau potable. Il reste cependant à traduire cela dans les actes des gouvernements, qui, dans les pays pauvres, ont souvent d'autres préoccupations.

De plus il faut trouver des financements. Cela est bien évidemment le plus problématique, il faudrait environ cent milliards de dollars supplémentaires par an (les dépenses militaires mondiales sont, elles, de l'ordre de mille milliards de dollars). C'est à ces questions que vont tenter de répondre, au troisième Forum Mondial de l'eau de Kyoto, experts, Organisations non gouvernementales et représentants politiques. Les solutions au problème de l'eau sont évidemment la lutte contre le gaspillage, qu'il soit dû à des habitudes de consommation ou à une mauvaise gestion. Cela renvoie bien sûr à des changements politiques et techniques importants. Mais il est évident qu'un changement dans les habitudes de consommation des ressources « à l'occidentale » est indispensable et implique chacun de nous.

Laurent Aldenhoff

Article paru dans le N°9 de la revue Oops ! 

Les commentaires sont fermés.